Famille

Mesdames, plus de fessées à vos enfants

Il y a maintenant un peu plus d’un an qu’un père de famille a été condamné à 500 euros d’amende avec sursis pour avoir mis une fessée déculottée à son fils de 9 ans qui refusait de lui dire bonjour depuis plusieurs jours. Un enfant probablement déstabilisé par le divorce de ses parents.

Finies les claques et fessées 

Laurence Rossignol, la secrétaire d’État à la famille a indiqué qu’elle voulait « mettre fin aux punitions corporelles ». Elle a pour ambition d’abolir les claques et fessées et prône l’éducation sans violence. Une éducation qui privilégie la morale, la compréhension de l’erreur commise par l’enfant.

A lire également : Les copines bretonnes:faites une danse pour le commerce équitable

Parfois, la fessée a tendance à calmer les nerfs des parents, lorsqu’ils sont à bout !

Bientôt une loi ?

La loi à ce sujet n’est pas claire, bien que les violences sur les mineurs soient interdites par la loi. Laurence Rossignol remet la fessée sur le tapis, alors qu’en juin dernier l’amendement « anti-fessée » de la loi Famille avait été rejeté. Elle est cependant partie à New York signer le troisième protocole des droits de l’enfant.

Lire également : Les cinq accessoires indispensables à la chambre de bébé

Des lois différentes selon les pays

Les enfants auraient alors le droit de dénoncer leurs parents car ils auraient reçu une fessée. Au Canada, une loi indique clairement que les parents ou un adulte, qui les remplace, peuvent employer la force dans des mesures raisonnables… Par contre, en Suède, les corrections corporelles sont interdites depuis 35 ans.

Comment éduquer son enfant ? Une chose est sûre il est important d’instaurer un climat de confiance et d’expliquer, plutôt que frapper !