faire son vin
Business

Comment faire son vin ?

Pour de nombreux passionnés de vins, il est important d’avoir le précieux liquide en tout temps et assez facilement. La solution qui marche bien est de le faire soi-même. Il faut savoir comment procéder pour obtenir un résultat intéressant. Envie de savoir comment faire son vin. Lisez les lignes suivantes pour en découvrir davantage.

Choisissez les bonnes variétés de raisin

Avant de prétendre faire du vin, vous devez disposer de la matière première qui est ici le raisin. Pour un bon résultat, optez pour les bonnes variétés. Pour vous lancer, il faut tout de même faire attention. Le choix du raisin est d’autant plus important qu’il est déterminant pour la qualité de vin que vous obtiendrez. Il en existe de plusieurs types qui peuvent donner un très bon résultat.

Lire également : Devenir coach professionnel : pourquoi et comment ?

Le raisin de table destiné à la consommation courante ne donne pas forcément un meilleur résultat en matière de qualité. Choisissez une variété qui satisfasse un minimum les critères.

Des variétés spécifiques dites d’agréments ont vu le jour pour faciliter la tâche aux personnes désireuses de faire leur propre vin. À titre d’exemple, on a : aladin, amadin, perdin et cantin. Elles sont plus simples à manipuler et le vin qui en découle est de bonne qualité.

A lire en complément : Les femmes bretonnes chefs d'entreprises : leurs 3 qualités

Respectez les étapes pour faire le vin

Après avoir choisi la variété qu’il faut, vous pourrez suivre les différentes étapes pour obtenir le vin. Chaque étape est importante et doit être faite avec soin.

Érafler ou égrapper les raisins

Cette étape a pour but de débarrasser les raisins de la rafle. Il s’agit de la structure qui maintient la grappe. En ne faisant pas cette opération, vous obtiendrez une légère touche végétale dans votre boisson. De nombreux vinificateurs ne se mettent pas directement à érafler les raisins. Ils les gardent tels qu’ils sont pour obtenir des vins particuliers. Cependant, il faut dans ce cas une conservation assez longue. Alors que les raisins ayant été éraflés deviennent fruités avec de bonnes couleurs en quelques jours.

Fouler le raisin

Consistant à faire éclater le raisin, le foulage a pour objectif principal d’extraire le jus et d’en sortir la pulpe. L’opération doit être bien faite sans écraser les pépins. Si le foulage manuel vous semble trop compliqué, il existe des machines-fouloirs. Elles brisent les baies de raisin et libèrent le moût.

Mettre en cuve

La mise en cuve est la phase qui permet la macération du raisin. Vous devez laisser le jus obtenu macérer quelques jours. La température recommandée est de 20 ° pour une fermentation optimale. Pour votre usage personnel, vous n’aurez pas besoin d’avoir de grands futs. Vous pourrez choisir simplement des bidons dotés d’un système de soupape.

Place à la fermentation

C’est le moment d’ajouter les levures de fermentation. Pour un résultat parfait, privilégiez les levures naturelles. Veillez à conserver vos bidons ou fûts dans un endroit dont la température n’ira ni en dessous de 10 ° ni au-dessus de 35 ° C. Après la fermentation alcoolique, le mout et le filtre sont retirés pour passer à la clarification. Cette dernière doit être faite avec un linge propre. Il s’en suit la fermentation malolactique et la maturation.

Vous n’avez plus qu’à mettre votre vin en bouteille et en profiter.