start-up
Business

Comment s’occuper efficacement des questions juridiques d’une Start-up ?

D’une façon globale, la Start-up se définit comme une organisation, habituellement non gouvernementale, qui se positionne sur un business model rentable. Ce dernier est le moteur principal garantissant la croissance de la structure durant le temps qu’elle a prévu exercer ou en attendant d’opérer une levée de fond. Cependant, les managers de Start-up disposent rarement de connaissances dans le domaine administratif ou juridique. Ces formalités désignent même le grand casse-tête de ces structures, car la mise en place d’unité juridique représenterait un lourd investissement.

Les cabinets juridiques adaptés pour les Start-ups

Les Start-ups se présentent comme une organisation particulière. Elles ne sont généralement pas considérées comme une entreprise installée en bonne et due forme, mais elles offrent un modèle de gestion d’activité revisitée d’entreprise.

A lire en complément : Astuces pour bien choisir son poste à souder

Une autre irrégularité repose sur le fait qu’une Start-up ne dispose pas des outils nécessaires pour estimer le taux de rentabilité de ses services. Paradoxalement, une telle structure est destinée à croître assez rapidement. Ce qui permet de générer de façon soudaine des fonds conséquents. C’est à cette étape que les questions juridiques deviennent complexes à suivre et il est préférable de confier cette tâche à un cabinet d’avocats.

Fréquemment, certains cabinets se spécialisent uniquement dans le suivi des affaires liées aux Start-ups. Ils ont une idée plus juste du quotidien de cette catégorie d’entreprises et des problèmes juridiques auxquels elle fait régulièrement face, surtout pendant les deux premières années d’existence.

A lire également : Comment trouver un emploi à Melun ?

Le suivi juridique périodique

Le suivi juridique pour une Start-up est strictement indispensable durant les deux premières années pendant lesquelles la structure lance ses activités. Cependant, vu que les services d’un cabinet d’avocats s’avèrent être un investissement conséquent, la seconde alternative serait d’opter pour un suivi périodique. Ainsi, de façon stratégique, la Start-up peut consulter un cabinet juridique en particulier ou un avocat périodiquement.

Pour que cette astuce fonctionne, vous avez par exemple la possibilité de dresser une feuille de route désignant l’acheminement vers la croissance de votre structure. Cette feuille de route présente notamment les besoins que vous avez et les exigences juridiques à remplir :

  • quand vous êtes encore au stade débutant, juste après création et enregistrement de la Start-up,
  • au moment des levées de fonds d’amorçage,
  • pour réaliser les bilans annuels et la répartition des bénéfices générés selon les différents actionnaires,
  • pour la rédaction et la gestion des contrats.

Le suivi juridique peut donc se faire à ces étapes clés, le temps de mettre en place une cellule qui pourrait se charger des questions juridiques de la Start-up.